Publié le


Par Hélène Combis |

En cause, la déforestation de la forêt amazonienne, qui a augmenté de 83% depuis la prise de fonction du président d’extrême droite Jair Bolsonaro en janvier 2019, selon les données de l’Institut national de recherche spatiale brésilien – rappelons que 60% de la forêt tropicale appartiennent au Brésil. « C’est la guerre à laquelle nous sommes confrontés », a-t-il ainsi lancé devant des journalistes le 21 août. L’Amazonie est un espace forestier associé à un climat tropical, humide, avec des saisons sèches peu marquées et une pluviométrie assez abondante, rappelait Daniel Sabatier dans cette archive. Dans le sud du Brésil, la Bolivie, le Paraguay etc., tous ces pays-là bénéficient du tapis roulant amazonien qui amène les pluies.

Une des craintes de certains chercheurs, c’est que le système amazonien soit à ce point transformé, qu’on va arrêter ces fonctions climatiques. Dans la forêt amazonienne, la saison des pluies intervient de décembre à mai, deux mois plus tôt que dans le reste du globe, rappelait Nicolas Martin dans cette émission.

La fonction «puits de carbone » de la forêt amazonienne en péril

La densité moyenne des arbres d’une forêt est très reliée à la dynamique forestière… et elle va baisser avec le réchauffement climatique.

Proposé par
Catégories ,